Nous nous intéressons cette semaine aux radiateurs sèche-serviettes.

Comme leur nom l’indique de manière assez explicite, leur fonction est double : ce sont d’abord des radiateurs dont l’objet est d’assurer le chauffage de la pièce où ils se trouvent (a priori une salle de bain), et de sècher les serviettes et autre linge de bain.

On retrouve 3 grandes familles de sèche-serviettes.

  • Les sèche-serviettes électriques, qui peuvent d’ailleurs intégrer, en option, un module de soufflerie électrique, permettant de booster la puissance de chauffe sur de courtes période (au réveil, ou au sortir de la douche par exemple)
  • Les sèche-serviettes hydrauliques, qui sont connectés au réseau de chauffage central de la maison ou de l’appartement, et dans lesquels circule donc de l’eau chaude, dont la production est assurée par la chaudière de l’habitation
  • Et enfin, les sèche-serviettes mixtes, qui associent les deux technologies précitées, offrant ainsi la possibilité de continuer d’utiliser le sèche-serviette même lorsque la chaudière est coupée, à l’inter-saison par exemple.

Les premiers seront installés par un électricien, alors que les seconds nécessiteront l’intervention d’un plombier puisqu’ils doivent être raccordés au réseau de chauffage central.

En termes de forme et de design, la grande majorité des sèche-serviettes se présente sous la forme d’une échelle, comprenant un certain nombre de barreaux horizontaux reliés entre eux par deux tubes de liaison verticaux.

Certains produits se contente d’un seul montant vertical, créant une dissymétrie intéressante au plan esthétique, et surtout une facilité de mise en place et de prise des serviettes.

Pour encore plus de praticité, d’autres produits sont mêmes articulés, pivotant ainsi autour de leur axe vertical.

Les différences de gamme vont se faire principalement sur :

  • La taille, qui devra être pensée en fonction de l’espace disponible
  • Le profil des barreaux : les tubes ronds représentent l’entrée de gamme, alors que les lames plates sont plus couteuses, mais aussi plus efficaces du fait de la plus grande surface d’échange thermique
  • Les coloris, les finitions, les touchers
  • Les matériaux
  • Les possibilités de programmation, voire la connectivité pour certains appareils très haut de gamme, qui permettent de piloter finement l’usage du sèche-serviettes en fonction de vos habitudes de vie
  • Certains modèles offrent un module de programmation qui peut être détaché de l’appareil, pour être fixé au mur à un endroit plus propice et à une hauteur plus confortable.

Dernier point : le prix.

Même si vous pouvez trouver en grande surface de bricolage des produits premiers prix aux alentours de 60 €, la gamme de prix moyenne des sèche-serviettes va se situer entre 200 € et 500 €, et certains produits très haut de gamme dépasseront allègrement les 1 000 € !

Vous l’aurez compris, si le sèche-serviette n’est pas LA pièce centrale de votre future salle de bain, il en demeure un élément important de confort et d’esthétique. A l’heure du choix de l’appareil, les conseils de votre courtier en travaux de La Maison Des Travaux et de ses entreprises partenaires vous seront précieux !